Pour la tenue d’un Grand Prix « alternatif » à Montréal

Depuis près d’un siècle, les véhicules propulsés par des moteurs à combustion interne ont joué un rôle majeur dans nos sociétés. Ils ont facilité les déplacements des personnes et des biens. Ils ont influencé le développement des économies modernes, ainsi que les transformations urbaines ; nous n’avons qu’à penser aux vastes banlieues qui n’auraient pu croître sans l’automobile.
Bien que fort utiles, ils ne sont toutefois pas inoffensifs : ils constituent une source importante de polluants et de gaz à effet de serre.  De plus, les réserves de pétrole pourraient bien se tarir avant la fin du présent siècle. Il apparaît donc désormais nécessaire de développer d’autres types de véhicules, qui consommeront moins, qui encombreront moins, qui auront une empreinte moindre sur l’environnement.  Un défi de taille, mais que nous ne pourrons pas esquiver.
On souligne souvent que la recherche effectuée dans le secteur de la course automobile a produit de nombreuses innovations qui ont par la suite profité à l’ensemble de l’industrie automobile.  En effet, les fabricants des voitures de course  emploient souvent les meilleurs ingénieurs, qui s’efforcent d’améliorer la performance des engins, qui peaufinent les petits détails, qui innovent, afin de gagner quelques dixièmes de seconde sur la piste.
Il est temps de consacrer ce travail et cette ingéniosité à la création et au développement de nouvelles voitures utilisant d’autres sources d’énergie que le pétrole ou du moins utilisant ce dernier plus efficacement.  La course automobile deviendra alors le laboratoire où seront élaborés les véhicules de demain, ainsi que la vitrine mondiale qui en fera la promotion.

Montréal étant déjà lVéhicule solaire Eclipse’hôte d’un grand prix de Formule Un, nous avons l’opportunité d’innover et de devenir les leaders de ce secteur de recherche.  Nous proposons donc que le grand prix de Montréal instaure dès que possible un volet « alternatif », ouvert aux véhicules électriques, à hydrogène, solaire ou autre type de moteur. En plus d’épreuves sur piste, l’événement offrirait aussi une occasion de rencontre et d’échanges, sous forme d’un salon et de conférences, où les ingénieurs et spécialistes de partout dans le monde viendraient partager leurs idées et leurs travaux.
Dans le passé, les Québécois ont souvent démontré leur ingéniosité.  Voici à nouveau l’occasion de nous démarquer et de faire œuvre de pionnier, avec tout le talent et la créativité que nous possédons.

Pour appuyer le projet de Grand Prix Alternatif