Nouvelle démarche vers la nouvelle politique énergétique québécoise…

efficacite-energieÀ l’automne 2013, la Commission sur les enjeux énergétiques, mise sur pied par le gouvernement québécois en vue d’élaborer la politique énergétique 2016-2025, a mené une large consultation ouverte aux groupes, entreprises et citoyens. La Commission a tenu 47 séances publiques et a reçu plus de 460 mémoires ; au total, 800 personnes et organismes ont pu s’exprimer et 3 600 propositions ont été reçues. Elle a déposé en mars 2014 un rapport de plus de 300 pages contenant de nombreuses recommandations fort intéressantes. Les élections ayant été déclenchées peu après, ce document semble malheureusement être tombé aux oubliettes.

Le 22 décembre dernier, le gouvernement libéral relançait une « démarche vers la nouvelle politique énergétique québécoise ». Cet exercice prévoit entre autres des consultations publiques et des tables rondes d’experts portant sur les hydrocarbures, l’efficacité et l’innovation énergétique ainsi que les énergies renouvelables.

Il est étonnant qu’un gouvernement prônant l’austérité budgétaire recommence un processus déjà réalisé il y a à peine un an. Au-delà des questions partisanes (la commission de 2013 s’était tenue sous le régime péquiste), on ne peut que voir là un refus des propositions contenues dans le précédant rapport. Devra-t-on recommencer l’exercice jusqu’à ce que les recommandations satisfassent le gouvernement libéral, particulièrement en ce qui a trait aux hydrocarbures ? Il y aura là bien sûr un gaspillage de fonds publics, mais pire encore, une dangereuse perte de temps.

Chaque jour qui passe sans agir face aux changements climatiques augmente les risques que ceux-ci font peser sur l’avenir de notre société. De solutions existent déjà et peuvent être mises en application dès maintenant. Retarder, tergiverser, hésiter, s’accrocher aux carburants fossiles ne font que rendre plus difficile la transition qui devra tôt ou tard être entreprise. Soyons prévoyants et responsables, agissons !