Noël: une simple date dans le calendrier?

Je me permets une confession : c’est sans doute le Noël auquel j’arrive le moins préparé depuis très longtemps. La nuit de Noël, ce soir, ne sera pour moi presque qu’une date dans le calendrier.

25 décembre : Noël, neige, messe de minuit, réveillon, fête de famille, cadeaux, sapin, crèche, cantiques ou chansons de circonstance… Autant d’éléments qui, au Québec du moins, font partie de la tradition et évoquent la nostalgie du passé. Qu’en reste-t-il?

Je n’ai pas l’intention de défendre ici une thèse. Dans un Québec moderne et pluraliste, pas question d’imposer un seul modèle normatif, fût-ce pour célébrer le passé. On le voit bien avec le débat sur « la Charte » (passée, heureusement, de la Charte des valeurs québécoises à la Charte de la laïcité québécoise).

Mais à réfléchir sur ma propre pratique, je constate que Noël, comme tous les rites (qu’ils soient religieux, culturels ou sociaux), n’a de sens que par la préparation qu’on lui consacre. Un rituel sans préparation est une coquille vide. Un Noël sans préparation n’est qu’une date dans le calendrier.

Que Noël soit pour nous une fête religieuse, familiale, relationnelle ou culturelle, elle ne trouvera son sens que si nous l’avons nous-mêmes préparée, parfois de longue date, ainsi. Car notre société marchande, elle, de son côté, a ses propres priorités : elle ne lésine pas sur les préparatifs et n’hésite pas à imposer ses normes. Quand il ne reste qu’un seul sens à Noël, c’est sa dimension commerciale, qui ne cesse d’accroître son empire, là comme ailleurs.

Ceux et celles pour qui Noël est une fête religieuse n’y trouverons vraiment leur compte qu’à travers la longue préparation de l’Avent, cette période d’attente et de désir d’un Sauveur venu annoncer un Royaume de Justice et d’Amour.

Ceux et celles pour qui Noël est une fête familiale ou relationnelle (la famille d’élection –les amis, les réseaux– ayant souvent remplacé la famille biologique, réduite, dispersée ou éclatée) ne pourront y trouver leur compte qu’en planifiant à l’avance les rencontres (plus difficiles qu’autrefois à placer dans le calendrier), en préparant repas, jeux et activités, en rassemblant délibérément parents et amis qui donnent sens à la fête.

Ceux et celles pour qui Noël est une fête essentiellement culturelle (entre autres parce que Noël est une fête « étrangère » à leurs propres traditions et cultures), un congé férié important dans leur société d’accueil, celle-ci n’aura de sens que s’ils décident de se l’approprier, d’une manière ou d’une autre, ce qui implique aussi du temps de réflexion et de préparation pour en faire un moment significatif pour eux et pour les leurs.

Bref, je constate qu’à me contenter, depuis quelques années, de lutter contre la commercialisation de Noël, de résister à l’envahissement de la (sur)consommation matérielle et de déplorer la surenchère des cadeaux et de l’endettement, je me suis laissé dépouiller moi-même de ce qui faisais pour moi le sens de Noël. En me laissant conscrire  sur le champ de bataille économique et culturel, j’ai insensiblement été coupé de mes propres racines et détourné de l’objectif même de cette bataille : redonner à Noël sinon « son » sens profond (n’en a-t-il qu’un seul?), du moins un sens humain et communautaire authentique et nourrissant.

Dans ce Québec de « la Charte » (quel que soit le sort que les mois à venir réservent à cet important débat pour notre vivre-ensemble), Noël demeurera un symbole social et culturel important. D’où l’urgence, pour moi et pour chacunE de nous, de lui redonner son sens de « fête » collective, riche et diversifiée, qui soit beaucoup plus qu’une simple date dans le calendrier.

Je souhaite à chacun et chacune de vous qui me lirez une fête de Noël pleine de sens, d’amour et d’espérance pour l’année qui vient. En espérant vous retrouver en 2014.

(Publié dans Les 7 du Québec le 26 décembre 2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>