Intervention de Scotstown au brunch de la Chambre de commerce du Haut-St-François

  • Avec votre permission, je vais emprunter la très belle image d’un groupe de parents d’élèves de Bury qui parlaient, dans La Tribune du 19 janvier, des choix qui vont, ou pas, «dans le sens de la vie».
  • Or la vie, de nos jours, va inexorablement dans le sens de vider les régions périphériques au profit des grands centres).
  • Et la question qui se pose, pour les municipalités d’une MRC comme le HSF, c’est l’enjeu de l’occupation du territoire (et c’est encore plus vrai de la partie Est de la MRC, la plus éloignée de la ville centre) : voulons-nous, ou non, «occuper le territoire québécois» avec tous les défis que cela pose?
  • Et si nous voulons occuper ce territoire, sommes-nous prêts à nous contenter de «survivance» ou voulons-nous «vivre pleinement», voire même nous développer? Et que sommes-nous prêts à faire, concrètement pour cela? Car cela n’ira jamais «dans le sens de la vie», du moins tant que notre modèle de développement économique n’aura pas changé.

 *

  • J’apprends, comme nouveau maire, qu’une municipalité ne s’exprime qu’en conseil, par voie de règlements ou de résolutions. Je n’ai, ce matin, ni résolution ni mandat pour m’adresser à vous : entendez-y donc l’expression d’un nouvel élu qui réfléchit à l’avenir de sa ville et de sa région.
  • Scotstown, comme la plupart des municipalités de la MRC, fait face aux défis de la décroissance et du vieillissement de sa population, du déclin économique, de la diminution des services de proximité, etc.
  • Les remèdes ne sont pas un mystère : il faut augmenter et rajeunir la population, lui fournir des moyens de «gagner sa vie», lui offrir les services de base et, surtout, une qualité de vie que ne peuvent pas lui offrir les grandes villes.
  • Je participais, hier à Sherbrooke, à la fondation du Mouvement québécois pour les mini-maisons. Nous connaissons l’urgence de modifier nos comportements face à l’environnement et aux changements climatiques (récupération et recyclage, mobilité et énergies durables, transport en commun, hybride ou électrique, permaculture, etc.). Nos régions peuvent (et doivent) devenir des incubateurs pour de nouvelles façons de vivre, plus humaines et plus écologiques.
  • Mais pour cela, il nous faut accepter d’aller «à l’inverse du sens de la vie» et des diktats des règles du marché mondialisé.

 *

  • L’avenir est dans notre capacité de coopérer entre nous, de mettre en commun nos forces, de renforcer nos alliances au-delà des traditions et de l’esprit de clocher.
  • Nous ne sommes pas en compétition les uns avec les autres pour attirer des jeunes familles ou de nouvelles entreprises : nous profiterons tous du renforcement de l’une ou l’autre de nos municipalités ou de nos sous-régions.
  • C’est ensemble que nous pourrons relever les défis considérables qui sont les nôtres, en nous appuyant sur les forces de chacun, en apprenant les uns des autres, en partageant les meilleures pratiques et un goût commun pour faire du HSF un ferment et un exemple de renouveau et de vitalité régionale.
  • Et Scotstown veut faire partie de cette passionnante aventure.
  • Merci.

(Notes pour mon intervention au brunch de la Chambre de commerce du HSF, le 29 janvier 2018)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>